"Bien-être mental, et si on en parlait ... vraiment ?" Lancement de notre appel à projets 2022 !

Bien-être mental

Nous lançons en 2022 notre premier appel à projets, qui vise à libérer la parole autour du bien-être mental, déstigmatiser les personnes en souffrance psychique et sensibiliser le grand public à ce sujet. Un appel à projets ouvert du 17/01 au 19/08 inclus.

7 minutes

« Personne n’est immunisé [contre] la souffrance psychique : on s’expose tous à des accidents de la vie, on ne sait jamais comment on va réagir. »

Contexte de cet appel à projets

Dans notre enquête réalisée en 2021 avec l'IFOP - tous les rapports sont à consulter sur notre page Publications94% des Français interrogés estiment que le bien-être mental est essentiel pour être en bonne santé et aussi important que le bien-être physique. La preuve s'il en fallait que les Français font bien la distinction entre l'absence de maladie et la définition de la santé, à savoir "un état de complet bien-être physique, mental et social", fournie par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

94% des Français l'affirment : ils et elles savent que nous pouvons toutes et tous être confrontés au cours de notre vie à un épisode de souffrance psychique. Une réflexion qui s'appuie notamment sur des expériences personnelles, 88% des Français ayant déclaré avoir déjà eu un sentiment de souffrance psychique au cours de leur vie.

Pour 69% des Français, la santé mentale est un sujet tabou aujourd’hui en France.

Un tabou et un paradoxe

Pour les Français le constat est clair : la santé mentale est un tabou encore aujourd'hui en France. Pourtant, ce tabou est alimenté par les Français eux-mêmes, qui considèrent encore pour 51% d'entre eux que les personnes en souffrance psychique constituent un danger pour les autres.

Ainsi, malgré les prises de parole et publications récurrentes sur la santé mentale depuis le début de la pandémie, et malgré la reconnaissance du bien-être mental comme un sujet de santé publique, les préjugés et la stigmatisation qui entourent les personnes psychiques demeurent.

En parler... vraiment

Afin de créer les conditions nécessaires à une véritable libération de la parole des personnes en souffrance psychique et engager une réflexion profonde au niveau de la société, l'information, la sensibilisation du grand public et l'écoute des personnes concernées nous semblent être des clés et des vecteurs de lutte contre le tabou.

C'est tout l'objectif de l'appel à projets que nous lançons aujourd'hui.

Objectifs de l'appel à projets

Les projets soutenus devront permettre de :

  • Libérer la parole autour de la santé mentale ;
  • Déstigmatiser les personnes en souffrance psychique ;
  • Sensibiliser le grand public au bien-être mental.

Ils devront en particulier :

  • S’appuyer sur un mode d’action innovant et/ou
  • Présenter une dimension nationale ou un fort potentiel d’essaimage sur d’autres territoires en France.

J'ai des questions :

Il sera possible de postuler en 2022 dans le cadre de deux sessions de réponse :

  • Une première session du 17/01 au 18/03
  • Une deuxième session du 19/03 au 19/08

Deux commissions de présélection seront organisées en 2022 :

  • Le 14 avril 2022 : les projets qui seront évalués lors de cette commission de présélection doivent être déposés avant le 18/03/2022
  • Le 26 septembre 2022 : les projets qui seront évalués lors de cette commission de présélection doivent être déposés avant le 19/08/2022

Le dépôt des projets s’effectue uniquement en ligne, sur la page Soumettre un projet. Les dossiers adressés par courrier ou email seront refusés.

Les critères d'éligibilité sont détaillés dans le cahier des charges de l'appel à projets.

On s'intéresse notamment à :

  • L'éligibilité au mécénat. Pour rappel, vous pouvez faire le test de votre éligibilité sur la page Soumettre un projet, ou consulter les critères détaillés par ADMICAL.
  • Le champ géographique
  • Le public concerné
  • La durée du partenariat
  • L'innovation du projet

Sont notamment considérés les éléments suivants (non classés par ordre de priorité) :

  • La qualité du projet présenté et la pertinence des conditions et du calendrier proposés pour sa mise en œuvre ;
  • Le caractère innovant du projet ;
  • La pertinence, la clarté et le degré de détail du plan de financement du projet ainsi que sa comptabilité avec les enveloppes financières disponibles ;
  • L’inscription du projet dans une dynamique partenariale avec des acteurs locaux, régionaux ou nationaux susceptibles de consolider et compléter les réalisations du projet ;
  • La pertinence du dispositif d’évaluation des réalisations et des bénéfices auprès du ou des public(s) cible(s) ;
  • Le potentiel d’essaimage du projet ;
  • L’identification claire des bénéficiaire et leur estimation réaliste et pertinente.

Consultez le cahier des charges pour plus d'informations

Soumettre un projet

Vous aimerez aussi